Comment acheter une voiture au Québec ?

Comment acheter une voiture au Québec ?

Choisir son véhicule

Identifier son besoin

Avant d’acheter une voiture au Québec, il est nécessaire de bien identifier son besoin. Tout d’abord, il faut savoir qu’au Canada et aux États-Unis, la voiture est une religion. Vous trouverez de tout ! Des voitures américaines, européennes, japonaises, électriques, hybrides ou à essence, des petites citadines jusqu’au gros pick-up en passant par les « Muscle Cars ». Le budget en dépendra. En conséquent, il est important de connaitre son besoin avant d’acheter une voiture. Si vous avez des questions sur un véhicule, consultez RPM qui fait des essais objectifs.

Acheter une voiture au Québec

Maitriser son budget

A l’achat

Vous savez à peu près ce que vous voulez. En fonction de l’état général du véhicule, de l’année, du kilométrage et des options le prix diffère. Il ne faut pas oublier de rajouter les taxes ! Lorsque vous achetez une voiture au Québec, qu’il soit neuf ou d’occasion vous devez ajouter 15% (TPS + TVQ) s’il s’agit d’un vendeur professionnel. Dans le cas d’un vendeur particulier, vous devez ajouter 9,975% (TVQ) sur la valeur du véhicule si le véhicule a moins de 10 ans, sinon la taxe est calculée sur le prix de vente.

Les coûts d’entretien

Au-delà du budget nécessaire pour acheter un véhicule au Québec, il est important de prendre en compte les coûts d’entretien. Une voiture – sauf cas particuliers – n’a jamais été un investissement rentable ! Nous vous donnons quelques éléments à prendre en compte mais il en existe d’autres. Par exemple, il coûte souvent plus cher de faire réparer une voiture étrangère car les pièces doivent être importées. De plus, les garages capables de réparer le véhicule seront moins nombreux. Le coût de l’entretien et des pièces est aussi à prendre en compte. Il en va de même pour la consommation. Certaines voitures peu chères à l’achat s’avèrent être des gouffres financiers à l’entretien ! Attention également aux rappels constructeurs, assurez vous qu’ils aient bien été faits. Cela peut jouer sur la sécurité du véhicule et donc sur votre propre sécurité. A ne pas négliger ! Vous pouvez également étudier la résistance des véhicules à la rouille, véritable fléau au Québec.

Où trouver son véhicule ?

Les concessionnaires : Dans votre quête du Graal, vous trouverez des véhicules d’occasions ou neufs dans les concessionnaires. Un concessionnaire ou un garage n’est pas forcément un meilleur gage de qualité qu’un particulier. Également, vous pouvez être incités à prendre un crédit mais attention les taux sont élevés surtout si vous n’avez que quelques mois d’historique de crédit.
Les particuliers : C’est sur Kijiji (équivalent de LeBoncoin en France) et sur la marketplace Facebook que vous trouverez le plus grand choix de véhicules d’occasions et à tous les prix. Mais attention aux arnaques !
Les sites spécialisés : Il existent des plateformes qui centralisent les offres (équivalent de La Centrale en France). Ainsi, je vous invite donc à visiter AutoHebdo, CarGurus et Occasion en Or et à y mettre des alertes e-mails avec vos critères de recherche et de prix.
Les groupes Facebook : Je les recommande si vous cherchez un modèle particulier – un van par exemple – ou des conseils spécifiques.

Les points à surveiller

Lorsque vous aurez trouvé la perle rare et que vous serez prêt à passer à l’acte d’achat, vous devez vérifiez attentivement certains points. Il est très fortement recommandé de faire passer une inspection d’achat dans un garage indépendant de votre choix.

Le rapport carfax

(anciennement carproof) Ce rapport est un historique du véhicule incluant notamment les changements de propriétaires et les potentiels accidents et dommages. Les concessionnaires le fournissent gratuitement. Le site ici.

Le rapport d’inspection

Les concessionnaires ont pour habitude de procéder à une inspection au sein de leur garage. Demandez-en une copie avant tout achat. Bien sur, l’indépendance n’est pas totale et vous pouvez toujours demander à faire une inspection indépendante.

L’état général du véhicule

D’abord, faites un tour du véhicule et observez l’état général – que ce soit la carrosserie, les pneus, le moteur, l’état de l’habitacle, les odeurs de cigarettes,… Autant d’indices qui vous donneront un avis sur l’état du véhicule. Le vendeur peut aussi vous fournir des factures des révisions et réparations qui ont été faites. Ensuite, essayez-le, testez tous les boutons et les options. Il est recommandé de faire un essai de 30 minutes.

La rouille

Le principal problèmes des voitures au Québec est la rouille due au climat et au sel. Effectivement, la rouille s’attaque au bas de caisse, aux freins et peut également être corrosifs pour les circuits électriques. Des vendeurs peu scrupuleux n’hésitent pas à repeindre par dessus la rouille pour la masquer. En conséquent, je recommande de toujours faire une inspection d’achat.

Les pneus

Dès lors que vous souhaitez acheter une voiture au Québec, elle devra posséder un jeu de pneus hiver et un jeu de pneus été. C’est pour cette raison que vous devez vérifier l’état des deux jeux. De plus, si la voiture n’est pas vendue avec des pneus hiver et été, négociez le prix car cela coûte cher ! Il existe aussi la solution intermédiaire des pneus 4 saisons homologués hiver. Il est à noter que ces pneus sont moyens en hiver et s’usent très vite en été.

L’inspection avant d’acheter une voiture au Québec

Contrairement à la France, il n’y a pas d’obligation de procéder à un contrôle technique avant de vendre son véhicule. Pour y remédier convenez avec le vendeur d’une inspection d’achat dans un garage indépendant. L’inspection est à vos frais (80 à 100$) mais elle peut vous éviter bien des désagréments. Si le vendeur ne souhaite pas faire d’inspection alors posez vous des questions ! De surcroît, l’inspection est également un point de départ à la négociation. Par exemple, si elle fait apparaitre qu’il faudra changer la batterie et les plaquettes de freins, profitez-en pour négocier le prix !
CAA-Québec vous propose une liste de garages où effectuer l’inspection.

Immatriculer son véhicule

L’immatriculation se fait dans un centre de la SAAQ (Société de l’Assurance Automobile du Québec). Et là encore, il faudra payer pour immatriculer son véhicule. C’est également la SAAQ qui perçoit les taxes lorsque vous achetez une voiture au Québec. Ensuite, vous devrez renouveler votre plaque d’immatriculation chaque année à la même période. Cette période dépend de la première lettre de votre nom de famille. Toutes les infos sur le site de la SAAQ.

Assurer son véhicule

Au Canada, les assurances autos sont beaucoup plus chères qu’en France. De plus, l’assurance ne couvre qu’une seule province à la fois. Si vous souhaitez traverser le Canada d’Est en Ouest, il faudra négocier avec votre assureur pour qu’il vous couvre sur tout le territoire. L’un des plus gros assureurs et aussi l’un des plus compétitifs est Desjardins Assurances. Bien sur, il en existe d’autres. Tentez, négociez, demandez des devis gratuits, notamment auprès de votre banque qui peut vous obtenir un bon prix. Également, n’hésitez pas à faire valoir vos antécédents de bon conducteur sur la base du relevé d’informations de votre assureur français – certains assureurs le refusent. La prime d’assurance varie également en fonction de votre lieu d’habitation. Effectivement, si vous résidez en plein centre de Montréal, vous paierez plus cher car le risque d’accident est plus élevé. Une pratique non légale mais souvent utilisée est de déclarer l’adresse d’un proche qui vit à la campagne…

J’espère que ce dossier sur Comment acheter une voiture au Québec facilitera votre magasinage et vous évitera bien des soucis. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Vous découvrirez les autres articles sur la vie à Montreal juste ici.

Laisser un commentaire